spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

Revenir à Le coin Photo

Premier Point Technique Photo

Du point de vue technique, les appareils numériques demandent des réglages particuliers qui leur sont propres, que ce soit à l’extérieur, comme sous terre.

  • Le format de saisie :
En premier lieu, le format à pré-régler sur vos appareil est le format RAW en lieu et place du JPG. Ce format permet de prendre une photo et de conserver l’intégralité des pixels ; en somme, chaque pixel qui compose la photo est considéré comme unique. Par comparaison au format JPG, le gain de qualité est de l’ordre de 25 % à 30 %. A vous de choisir.
Le soucis avec ce format professionnel se résume au nombre de logiciel permettant les traitement ultérieur sous format de paquet.
Pour ma part, j’ai choisi le logiciel XnView ; il est gratuit et fonctionne sur tous les OS (Linux, Windows, Apple).
Paramétrages automatiques
Paramétrages automatiques
  • Le fonctionnement des Reflex :
Sous terre, pour prendre des photos de qualité, l’appareil doit posséder 2 caractéristiques essentiels :
  • Un capteur avec plus de 6 millions de pixels (ce qui permettra les agrandissements en grand format) ;
  • la possibilité de changer les objectifs et notamment d’avoir la possibilité de jouer sur l’ouverture de la focal, et sur les vitesses d’obturation. Ces fonctions donnent la possibilité de faire du flou là on en a besoin (macro par exemple, et non pas les photos ratée!).
  • Les fonctions manuelles et automatiques du boitier :
Les appareils photos numériques (APN) disposent tous de logiciels incorporés permettant de couvrir  95 % des besoins de monsieur et madame tout le monde. Manque de chance pour le spéléo, nos besoins sous terre se trouvent dans les 5 % restant. C’est pour cette raison que les fonctions « M » (Manuel), « A » (Priorité à l’ouverture) et « S » (priorité à la vitesse) sont nos principaux outils sous terre. En complément de ces fonctions, il impératif de modifier la « sensibilité » du capteur (ou sa vitesse de sensibilisation » le fameux ISO.
Sous terre, la sensibilité à privilégier est 100 ou 200 ISO (ASA pour les anciens). Plus la sensibilité est lente, plus le contraste est accentué; ce qui a pour conséquence une meilleure perception des reliefs.
  • Le flash électronique des APN :
Sur les boîtiers REFLEX, l’utilisation des flashes électronique embarqués annulent les réglages manuels au profit des pré-réglages automatiques du logiciel embarqué. Il est donc impératif DE NE PAS SE SERVIR de ce flash quand on fait une photo « posée ». Par défaut, le logiciel calera la sensibilité à 800 ou plus et ouvrira à fond le diaphragme, de sorte que l’exposition soit maximale. Le rendu rendra la part belle aux couleurs chaudes et écrasera la photo, avec un maximum de « grains », en atténuant grandement les contrastes.
  • Le pied photo :
Pour réaliser des photos « posées » il est impératif d’avoir un pied photo stable et de grande taille. Les APN ne disposant plus du branchement particulier de la seringue, il est donc nécessaire et essentiel de disposer de la fonction « temporisation ». Cette fonction permet de laisser l’obturateur ouvert pendant un temps déterminé, ou mieux un temps choisi « sélection : Bulb ». L’obturation reste ouvert pendant 15 » ou davantage. Le soucis principal réside dans les personnages qui sont sur la photo ; la règle absolue est : NE PAS BOUGER, NI RESPIRER.
  • Les flashs complémentaires : 
Pour compléter le dispositif des photos « posées », il est nécessaire de mettre scène les éclairages complémentaires. Les flashs électroniques se caractérisent par leur nombre guide « NG » qui définit la puissance du flash. Cette valeur est généralement donnée pour une sensibilité de 100 ISO. Ce type de matériel n’étant pas donné, il courant d’utilisé des flashs dont le nombre guide est de l’ordre de 17 à 20 pour 100 ISO. L’ordre de grandeur pour 200 ISO est un facteur de 1,3 (22 à 26). Cette valeur est le produite de l’ouverture de la focale multiplié par la distance « flash-objet ».
Par exemple :
  • La distance la plus courte entre le flash et la paroi est de l’ordre de 3 m.
  • La sensibilité est de 200 ISO.
  • Le NG est de l’ordre de 26.
L’ouverture de la focale sera alors : 26 / 3 = 8,6 soit 8.
Le premier essai partira d’une ouverture à 8. Pour affiner et rechercher la meilleur prise, on peut faire varier l’ouverture de la focale.
Photo d'une galeriePhoto d’une galerie
Dans touts les cas, il faut éviter de disposer le flash dans le même sens de vision que l’appareil; au risque d’écraser la profondeur. Il faut donc trouver les éclairages sur le « côté » ou de 3/4.
Quand les volumes sont grands, il faut multiplier les coups de flashs, mais sans changer l’orientation.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?page_id=141

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.