spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

15 au 17 avril 2017 Spéléo en Lozère

https://www.facebook.com/CRAD37

 

Lozère (48) – 15au17-04-2017

CRAD : Domi, Marie, JiPi, Roro

TPST : 5,5 heures

Au départ de l’action, ce fut Baume Rousse, notre objectif de la journée. Ça tombe plutôt bien puisque Roro l’a fait au moins 3 fois.

En voiture Simone, direction Baume Rousse. La technologie et la démocratisation du GPS procure à chacun un confort et une certaine facilité quand il s’agit de retrouver les cavités. Il y a même la base de données spéléo sur Internet qui permet à toutes et chacun de télécharger les coordonnées de plus de 5000 cavités. Mieux encore, ce site nous permet d’extraire l’ensemble des coordonnées vers un fichier, lequel pourra remplir sa propre base de données. Cerise sur le gâteau, ce même fichier est parfaitement compatible avec le logiciel gratuit et libre de droit QlandKarte; ce qui permet enfin d’exporter ces précieuses données sur un GPS de terrain. Alors, forcément, avec cette technologie à la portée de tous les spéléos, il faut vraiment ne pas s’en priver.
Et nous… si, justement. C’est pas que, mais nous, on préfère faire les marches d’approche à l’ancienne. Du genre “je crapahute pendant des heures sans trouver le moindre trou”, enfin, vous voyez ce que je veux dire…
Bref, une fois équipés, nous débutons la marche d’approche. Bon, y a pas à s’inquiéter, Roro l’a déjà fait.
Alors, je ne sais pas si c’est Pâques, l’appel de la nature, le chant des oiseaux blottis au fond de leurs nids, mais le flair légendaire de notre “trouveur” de trou a dû merder quelque part. A mon avis, c’est le pollen – Je sais pas, mais moi ça m’fait ça, j’me perd tout le temps quand il y a du pollen dans l’air.
Après avoir gambader dans la forêt, monter les pentes escarpées de la montagnes, tenter de choisir le bons sentiers (ou semblant de sentiers tracés par les bêtes sauvages de la forêt, nous tentons un dernier effort. Et là, le miracle du “trouyer” (trouveur de trous, chez les spéléos), et là, sans doute que les naseaux du blaireaux s’en trouvèrent dégagés, notre “trouyer” a enfin flairé le bon chemin pour arriver (enfin) à l’entrée du terrier de de Baume Rousse.
Bon, ça paye pas de mine, mais c’est quand même un bon début de journée spéléo. Heureusement qu’on avait amené nos 15 litres d’eau, on aurait pu mourir de soif. C’est étrange cette manie de prendre autant d’eau pour un journée spéléo. C’est peut être pour nous donner bonne conscience…


Roro aborde maintenant le départ du puits. il est équipé d’un mémo qui lui dicte précisément où doit se placer la corde. Bon, arrivé au premier ressaut…
“- Heu, c’est quoi c’bord…, la corde est trop courte!”.
“Fait passer la 30 m, ça devrait l’faire.”
Et hop, on remplace la première corde de 20 m et hop Roro redescend sur son ressaut.
“- Heu, c’est quoi CE gros merdi…, la corde est encore trop courte! Ça commencerait bien à faire c$$%%##&& et même sévèrement me faire ˇ#””##%%%,§§§!!”
Au final, on a tout remballé et retour à la voiture. Non, quand ça part de travers dès le début, faut pas forcer le destin, sinon, la loi de Maxuell va se faire sentir jusqu’à son maximum.

Au final, on se dit que la Barelle n’est pas loin, et qu’on pourrait faire quelques photos sympa.


Le lendemain, et au vue du bilan impressionnant de la veille, nous décidons d’aller jeter un coup d’œil dans Sourguette. Pareil les mêmes, on regarde les coordonnées GPS sur Internet, on regarde le GPS et on finit par faire comme d’habitude : A L’ANCIENNE.

Résultat de la course : Nous avons gambadé dans la Jonte (très belle petite rivière). Nous avons tout de même trouvé l’entrée de la cavité et fait quelques photos.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=2053

1 Commentaire

    • Avatar
    • Roro sur 23 avril 2017 à 12 h 22 min
    • Répondre

    Ben, moi je dis que même à l’ancienne, il y a un certain charme dans ces marches d’approche, et en plus les photos elles sont pas mal du tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.