spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

27 février 2018 – Grotte de Saint-Marcel – Réseau IV (Ardèche 07)

Ardèche (07) – Grotte de Saint-Marcel – Réseau IV – Camp Spéléo Ardèche 2018

CRAD : Roro, Domi, Élise, Chbonx, Calamar, JiPi

TPST : 12h00 + Une vidéo à la clé  

Parking de Saint-Marcel – Roro

En ce début de matinée, il faut se motiver pour aller sous terre. 7h00 le réveil sonne… Enfin, Chbonx réveille la compagnie pour notre expédition 2018 dans Saint-Marcel. Après le petit “dèj”, la route qui tourne le long des gorges et passés prendre les clés, nous arrivons enfin en haut du parking.

Première épreuve de  la journée : Ne pas péter la voiture à maman – Si elle avait su, sur quel chemin il faut rouler pour faire de la spéléo… Bref, une vingtaine de minutes plus tard, nous sommes sur le parking spéléo. Fait pas chaud, et Roro envisage de descendre avec son manteau sous la combarde, histoire de résister à la fraîcheur du matin (-6°C). Tout le monde essaie de réduire au maximum le temps d’équipement perso et s’impatiente pour aller dans l’entrée de la cavité. L’entrée de la cavité a fait peau neuve. Les grilles et les murs en maçonnerie ont été démolies pour faire place à une porte plus discrète. Nous ne perdons pas de temps à rentrer dans la cavité, le courant d’air est glacé mais ne dure pas, heureusement pour nous.

Nous suivons les recommandations de Chbonx en matière de “timing” : Ne pas faire de pause inutile jusqu’à l’entrée du réseau IV.   Nous avons mis un peu plus de 2 heures pour parcourir le réseau I jusqu’au départ du réseau IV. Le froid est un vague souvenir et chacun a déjà trempé sa chemise. En chemin, nous avons croisé un groupe de touriste, sur le parcours aménagé.

Après la grande barrière, la salle du cyprès, puis loin derrière, le pont d’arc

Après le pont d’arc, ça déroule… et on suit la rivière de Bidon

Les 2 pains de sucre et le fond du réseau IV

 

Le réseau IV est donné pour un temps de visite compris entre 9 et 12 heures pour des spéléos confirmés avec le franchissement de 10 puits et ressauts.

On monte, on descend, on glisse, on rampe, bref, ce n’est pas une promenade de santé. Certains puits ou ressauts ne sont pas des plus aisés à franchir, et ce d’autant, que la roche glisse et que les appuis de pieds deviennent incertains quand la fatigue se fait sentir. Domi nous proposera donc des figures de style sur le chemin du retour. Le temps pour réaliser des photos “posées” est réduit à son minimum compte tenu de l’effort à produire pour le chemin du retour.

Même si la course est d’un niveau assez élevé, la visite en vaut vraiment le coup. Des gros réseaux, des gours énorme (mais sans eau), des variations de températures surprenant après les pains de sucre jusqu’au terminal (2°C ou 3°C en moins). Nous repérons aussi la présence de feuilles mortes dans ce secteur, ce qui semble démontrer qu’une liaison vers l’extérieur doit exister. La désob au fond du réseau n’est donc pas anodine.

À votre avis, qui a gagné ?

Une fois effectuée la visite du réseau IV, nous sommes tous soulagés et nous reprenons le chemin du retour vers la sortie, en prenant tout de même le temps de jouer au boules dans la cavité.

La sortie de la cavité se fait toujours dans un froid glacial qui gèle même nos lacets de chaussure, le temps de sortir de la cavité et d’atteindre les voitures.

Heureusement que nous avons pu faire la visite du réseau IV ce jour-là, car le lendemain la neige allait nous bloquer le reste de notre séjour.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=2339

(1 commentaire)

    • JiPi on 6 mars 2018 at 12 h 26 min
    • Répondre

    Et qui a gagné la partie ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.