spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

13 mai 1999 Sortie dans les grands causses (Aveyron / Gard / Lozère)

https://www.facebook.com/CRAD37

13-05-1999 Sortie dans les grands causses

TPST: tout plein

Roro – Domi – Charlotte – Dauby – Zerb’ – J’en Pète

Pour la plupart des participants, le week end a débuté le mercredi soir, quand il a fallu se rendre à notre point de chute habituel, dans le Lot (chez Jean-Louis). Comme d’habitude, les arrivées se sont échelonnées jusqu’à 1 h 00 du matin, et comme d’habitude il s’en est suivi des discussions culturelles, comme on en entend souvent dans le milieu du gaulois spélus.
Les photos Jeudi 13 : Ah, c’est fois c’est Domi et Graubie qui sont aller chercher le p’tit déj’. Jean-Louis est arrivé en fin de petit déjeuner, et on lui a présenté notre plan d’attaque dans les grands causses.
Bon, c’est pas le tout, mais c’est pas qu’on s’ennuie, mais faut qu’on y aille. Trois heures de route jusqu’au gîte de Hyelzas*, juste à côté de l’aven Armand, c’est pas que ce soit très loin, mais les routes du causse Méjean ont la fâcheuse habitude de se transformer, de temps en temps, en de vulgaires chemins tout juste gravilonnés, ou à peine goudronnés. Si vous avez l’occasion de faire un saut là bas; faîtes comme nous, arrêtez vous pour admirer le panorama (gorges du Tarn du côté des Vignes). Après une rapide installation, l’équipe décide de faire une rapide visite des gorges de la Jonte, par un sentier de randonnée (4 heures aller-retour, faut jamais abuser des bonnes choses).
Vendredi 14 : Petite escapade à Millau pour faire les appros. Le causse s’est beau, mais pour le ravitaillement, il vaut mieux garder ses habitudes de pauvres, et piller les rayons d’une grandes surface (c’est pas terrible, mais c’est pas cher). Bon, le décor y est, l’ambiance est là, et les artistes trépignent d’impatience, à l’idée de descendre dans de nouveaux abimes caussenards. Les 4 gars décident d’aborder le causse Méjean par le bon côté des choses : y a qu’à choisir un trou, et pis ensuite, y a qu’à le trouver.
Les photosC’est la deuxième partie de l’activité qui est généralement la plus délicate à réaliser. Nous, on avait choisit Bauma Rosso, entre ciel et terre, en bordure du causse Méjean. Approche en voiture et vomi de Domi sur le bord du chemin qui fait exprès d’être tout près du précipice. On marche, et puis marche, et puis…, on cherche, et puis après on se dit qu’on s’est planté, alors… on marche encore. Finalement, on a jamais trouvé ce trou, alors on est rentré. En fin d’après midi, on est aller faire quelques photos d’extérieur.
Samedi 15 : Enfin le grand jour, celui de Hure. Trou célèbre du causse Méjean, pendant longtemps le plus profond du causse. On décide de limiter notre descente à environ -200 m.

Les artistes se lèvent à 6 h 30, il fait frais (je vous dit ça, parce que moi j’me lève jamais en pleine nuit, alors j’connais pas ces ambiances que sont les matins frileux où même le soleil semble grelotter). Arrivée et équipement de l’entrée de Hure à 8 h 30. Tiens, des cordes sont déjà en place, et aucun véhicule à l’horizon. 3 choix s’offrent à nous:
1. on pique le matos, et on se casse;
2. on se casse, et on recherche le groupe qui s’est réservé le trou pour lui pulvériser la “chetron”;
3. on double l’équipement et on descend tranquille.
Les photosRésultat des courses… Réponse n°3, bien sûr (ça faisait chier de chercher l’autre groupe, en plus le trou était déjà équipé la veille). Malgré une fiche d’équipement qui tient plus de la magie que de la spéléo (pensez à multiplier le nombre d’ancrage par 2 avec beaucoup de sangles), nous sommes quand même descendus vers -150 m. Hure est une classique qui ne présente pas de réelles difficulté, si ce n’est une multitude de SPIT pourris et des équipements assez originaux, voir même audacieux. Beaux puits et joli méandre sont au programme, je vous les recommande pour faire de la photo (les parois se découpent bien et les contrastes sont sympas).

TPST = 7 h 30
Dimanche 16 : Rangement du matos et retour à la maison.
TPSR*= 3 h 00 + 3 h00 (Lot + Indre) / 3 h00 + 5 h 00 (Lot + Indre & Loire)
* Temps Passé Sur la Route

   

        

 

Hyelzas* : gîte d’étape 20 personnes / 6 personnes / 6 personnes
Claude PRATLONG
HYELZAS
48 150 HURES LA PARADE
04.66.45.66.56 (heures des repas) ou 04.66.45.65.25
45,00 frs / nuitée.

 

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1498

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.