spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

04-06-2017 Igue de Toulze et l’igue de Pouzat

https://www.facebook.com/CRAD37

Lot (46) – Igue de Toulze & Igue de Pouzat – 04-06-2017

CRAD : Roro, Princess’, MCi, JiPi, Titi, Denis, Calamar, Domi, Rol…

TPST : 3h30

Pour commencer cette journée, il faut faire preuve d’originalité. L’idée du jour : Tenter de trouver l’igue de Toulze sans regarder la doc. Banco, nous montons dans les véhicules et nous abordons la route, assez confiants.

Préparation psychologique des spéléos avant l’apéro.

D’après mes souvenirs, il y avait un chemin pour parvenir à l’igue de Toulze. Y a qu’à prendre le premier qu’on voit, et hop, une nouvelle aventure commence. Pour le Panzer dieupentalocien, pas trop de soucis. La pente qui environne les 17 % et les cailloux sur le chemin ralentissent l’engin, mais ne le stoppe pas. Par contre, le “crépis” n’apprécie guère les facéties du JiPi. A un moment précis du chemin, j’aperçois dans mon rétroviseur que le “crépis” n’avance plus. Question existentielle du moment : Faut-il s’arrêter ici, en plein milieu du chemin, au 3/4 de la cote?

A priori, le refus d’avancer davantage du “crépis” est lié, au dires de son pilote, à la raideur de la pente, et à la forme très irrégulière de la chaussée – Je traduis les dires du pilote du crépis, aux risques d’être incompréhensible, si l’on se fit à l’attitude quelque peu énervé du pilote, au moment des faits…

Bref, 1,5 km de marche à recul, avec un camion; ce n’est jamais qu’un petit exercice qui pimente l’aventure de la journée. Après cette épreuve, un soupçon d’intelligence m’amène à consulter mon smartphone et faire une recherche rapide sur Internet. Et hop, miracle, mon smartphone, nous mène directement  l’entrée de la cavité, en 15 minutes chrono.

Pendant ce temps-là, Domi, Rol… et Denis descendent dans l’igue de Pouzat, à deux pas du gîte.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=2160

2 Commentaires

    • Avatar
    • Roro sur 14 juin 2017 à 20 h 54 min
    • Répondre

    Disons pour corriger le compte rendu, que le pilote du crépi était….irrité. Surtout à la perspective de redescendre en marche arrière, au bord du précipice, le beau crépis.
    Après, tout a été réglé dans la partoche de boules. Je dis ça, je dis rien…

  1. En même temps, dans le fait, la journée de spéléo avait été éprouvante et les 8.2 avaient des conditions climatiques défavorable (soleil dans les yeux, léger vent orienté Sud / Sud-Ouest), de quoi influer largement sur la trajectoire des boules.
    Un peu de vérité dans ces compte-rendus ne fait de mal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.