spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

11 & 12 février 2020 – Trou des Vents d’Anges – Cabrespine

https://www.facebook.com/CRAD37

Aude (11) – 11 & 12 février 2020 – Aven des Vents d’Anges – Cabrespine

Titi – Chbonx – Calamar – Poulpi – Élise – Jeannot
TPST : 8h00 [-344]

Roland – Roro – Domi – JiPi – Marie – Zinzin
TPST : 6h00 [-182]

Coordonnées : 43.370956 , 2.48632 – 682 m – Topo
Accès à la vidéo    

Nous y voilà, après le tour de chauffe, l’équipe de pointe se lance dans l’aven des Vents d’Anges. Jeannot (Jura) nous a rejoint hier dans l’après-midi. Toute l’équipe de pointe est motivé.
La veille Christian AMIEL est passé au gîte pour nous présenter la cavité et les passages clé. Titi est confiant puisqu’il est déjà descendu quatre fois dans cette classique.

L’équipe de pointe (Titi est derrière l’appareil)

L’équipe “photo” (bah, c’est toujours tit qui est derrière l’appareil).

Autre avantage et non des moindre, le trou est équipé du haut jusqu’au fond et un balisage efficace et discret est en place pour faciliter la progression.
Le matin, l’équipe de pointe démarre et aborde la cavité sous le vent frais du matin. Petite marche d’approche avec vent et petite pluie pour se rafraîchir. Le chrono démarre à l’entrée de la cavité et les lièvres partent sous terre.
Pendant ce temps-là, l’équipe “photo” commence leur progression en surface pour tenter de trouver le parking. Alors, je ne sais pas si c’est la météo ou la position de la Terre par rapport au soleil à cette époque de l’année, mais force est de constater que l’équipe “photo” est plus douée à faire des vidéo ou des photos que de trouver le parking à proximité de l’entrée de la cavité. Nous avons gravi le chemin forestier jusqu’au bout du bout, fait des demi-tour improbable avec le TRAFIC, grogné et fait des incantations aux astres, mais non, rien n’y a fait. Après près de 2h30 de recherche, nous étions persuadés que nous étions dans la quatrième dimension. Nos gentils camarade de l’équipe de pointe avaient sûrement été hapé dans la quatrième dimension, avec leurs voitures. Complètement dingue, et pourtant personne n’en a parlé à la radio, ni à la télé.
Donc, après cette épreuve, l’équipe “photo” a éprouvé le besoin de se défouler aux boules – N’empêche, fautvoir le terrain de boules, quand même !
L’équipe de pointe a traversé les boyaux d’entrée au pointe limite de fusion, sans faire fondre les cordes en place quand même. Arrivée en haut de la salle du CPE, Titi en profite pour faire quelques clichés des aragonites qui parsèment les parois. Pas de pause pour les braves, et la descente continue ; faut dire que la salle n’est en fait qu’un énorme ébouli sur 85 m de dénivellé. La base de a salle est atteint et déjà l’équipe est une centaine de mètres sous terre.
Encore un petit puits, et l’équipe arrive dans l’actif. Il s’agit en fait d’un méandre qui court à travers les calcaires et repose sur les shistes. C’est beaucoup moins large que là-haut. A la côte -182, c’est la sortie des “bains douches”, une lucarne en hauteur qui donne sur une main-courante.

L’équipe aborde maintenant la zone concrétionnée (enfin plus que dans la salle du CPE).
Les petites salles s’enchaînent : Coulée blanche, salle des baguettes, cimetière des aragonites, salle du sable. La pause tant attendue s’établit à la cote -234 pour le petit casse-croute.
Ensuite, visite de la salle des tuniques bleues. Ce sera le point d’arrêt de Titi. Le reste de l’équipe de pointe poursuit dans le méandre final. Bip bip yé et “Touch down” à la côte -344 m et remontée.
La remontée est moins rapide que la descente et du coup, les héros des temps moderne tirent la langue par manque d’eau. C’est ça qu’ils n’ont pas capitalisé la veille, en fait.
Finalement, tout le monde est d’accord, que sans l’équipement et sans déséquipement, on gagne facilement 2 à 3 heures, et les sacs sont beaucoup moins lourds et encombrants.

Le 13 février, c’est au tour de l’équipe photo d’aller faire la visite des Vents d’Anges. Cette fois-ci, on trouve le parking du premier coup – il suffisait de consulter le site et de suivre les indications, en fait. Le petite équipe avance à son rythme jusqu’au bains douches et décide de faire demi-tour à ce niveau. Quelques photos avec les réflex et nous voilà de retour à la surface.

Encore merci aux spéléos locaux qui ont fait un super boulot de marquage, d’équipement et d’information. Le seul soucis qu’on a eu, c’est de lire et de bien préparer la descente avant la sortie.

 

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=4269

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.