spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

21 mai 2020 – Aven de Roussario (Tarn)

https://www.facebook.com/CRAD37

Tarn (81) – 21 mai 2020 – Aven de Roussario (Penne)

Roro, Domi, Marie, JiPi
TPST : 2h00

Coordonnées : 44.070065 , 1.703712 – 200 m – Pas de Topo
Dénivellation : ~30 mètres.
Développement : ~500 mètres.
Accès à la vidéo    

Quoi de mieux pour clôturer la “confination” que de recommencer à descendre sous terre. Nous avions déjà fait une tentative de descente de cet aven, mais l’absence de topo et de fiche d’équipement nous avait contraints de faire demi-tour.

Aujourd’hui, c’est pas la même. Il fait super beau et c’est la fin de la “confination”. Avant de partir, on s’est lavé les mains, les pieds aussi et aussi la … Ensuite, nous avons relu les consignes de la Fédération et les règles ABSOLUES à respecter pour sauver des vies. Heureusement, nous en avions déjà débattu âprement la veille au soir, sur la tarrasse (avec les distanciations sociales… pour sauver des vies).
Bien sûr, le voyage jusqu’à la cavité n’a pas été simple, chaque spéléo a voyagé dans un grand sac poubelle avec un tuyau en plastique de 100 mm de diamètre relié entre le sac plastique et la vitre entr’ouverte. Heureusement qu’il faisait beau, mais le voyage a duré 2 heures, en raison des limitations de vitesses (pour sauver des vies, aussi). Arrivés sur le terrain, nous avions perdu 3 kg et nous étions presque déshydratés, mais bon, notre procédure de transport a parfaitement respecté les règles de sécurité, et nous avons donc probablement sauvé des vies.

Pour nous changer, nous avons procédé chacun notre tour. Ça tombe plutôt bien, parce que nous sommes arrivés sur place sur les coups de 8 heures du matin – ça a du bon de se lever à 5 heures pour faire un trou à côté de chez nous, mais bon, on a sauvé des vies, alors…
Nous abordons enfin l’entrée du trou, vers midi. C’est pas que… mais ça prend un peu de temps si on veut sauver correctement des vies.
C’est Roro qui équipe, et ça tombe bien, parce que c’est un spécialiste du sauvetage des vies.
Le puits d’entrée est particulièrement mal équipé et peu sécurisé, il faut positionner des déviations sur des supports un peu douteux, mais finalement ça vaut le coup.
Respect des distances (tous les 15 m au moins, masque, tuba, préservatif, vaseline, etc.) et nous arrivons les uns après les autres en bas du puits (enfin, en respectant les règles, j’me comprends). Tant et si bien, que Roro était déjà rendu au fond de la cavité (mais non, je déconne).

En bas, c’est un gros volume avec un peu de boue. Heureusement, nous avions chacun notre bidon de 5 litres d’acide chloridrique pour tout désinfecter. Le problème c’est que les chauve-souris ont reçu pas mal de produit, mais bon, on ne voulait pas se faire contaminer. Grace à nous, on a encore sauver des vies.
Le fond de la cavité mérite vraiment le détour : le lac. Petit séquence photo, et éclatage de chauve-souris (mais uniquement les animaux présentant des signes). Eusuite, nous sommes remontés.
Le seul truc qui nous aura manqué à la fin de notre périple, ce sont les applaudissements pour avoir sauvé des vies.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=4370

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.