spéléologie, plongée, photographie, nage en eaux vives, via ferrata, plongée

03-04-1999 Picastelle – Igue du Loup – Cloupman 1/2/3 – Igue de Drapeau

https://www.facebook.com/CRAD37

03-04-1999 Picastelle – Igue du Loup – Cloupman 1/2/3 – Igue de Drapeau

TPST: /

Roro – Le Chbonx – J’en Pète – Dauby

C’était Pâques ce week end ci; on n’a pas cherché les oeufs, ni même essayé de débusquer les cloches.
Lieu de chute : le même depuis longtemps.
Membres présents : presque les mêmes.
Programme : Comme c’était vraissemblablement un grand week end où pas mal de clubs sont sortis prendre l’air, notre programme a forcément été modifié.
Au départ, on devait partir dans les grands causses pour se mouiller notre petit derrière dans l’eau gelée des premier canyons praticables en cette saison.
Compte tenu de l’effectif disponible, on s’est contenté d’une escapade dans le Lot, pour y faire des entraînements verticales & équipement. Donc, le soir de l’arrivée, tout le monde se met d’accord pour descendre le lendemain dans Picastelle et l’igue du Loup, puis le dimanche Planagrèze et le lundi dans le torrent des cloches.
Samedi : Picastelle et l’igue du loup – Pas de problème
TPST = 5 heures
Dimanche : Le SCT nous gratte sur le poteau, et nous devons trouvé tout de suite un programme de rechappe. Les Cloupman 1,2 et 3 – ça semble bien pour l’équipement. En fin d’après midi, on finit notre petite journée par de l’équipement dans Drapeau.
TPST = 5 heures
Lundi : Il fait très beau dès le levé du jour, ça n’empêche pas qu’il faut trouver du pain pour le petit déj’. Rangement du matos, l’heure tourne… Au zut déjà presque 11 heures… tout est bien rangé dans les véhicules… l’eau ça creuse, et on n’a pas prévu à manger… l’heure tourne… si on fait le torrent des cloches, on n’est pas rentré de très bonne heure… Bref, ça fait chié d’aller se mouiller le cul dans ce torrent. En plus, il est possible qu’il y ait encore plein d’eau.
TPST = peau de balle.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1492

20-03-1999 Rivière souterraine de Lacarrière et tentative pour le torrent des cloches

https://www.facebook.com/CRAD37

20-03-1999 Rivière souterraine de Lacarrière et tentative pour le torrent des cloches

TPST: tout plein /

Roro – Le Chbonx – J’en Pète

Tiens, y a du soleil cette fois-ci sur le causse de Gramat. Serait ce le début de ce printemps tant attendu? Nous sommes arrivés dans la nuit, comme d’habitude sur les coups de 1 h 30 du matin. Je sais c’est un peu tôt pour faire une descente spéléo, mais qu’est ce que vous voulez, quand arrive le week end, impossible de coucher les vieux !
Pourtant vers 9 h 00, la fine équipe du CRAD (en effectif réduit, compte tenu des variations saisonnières et du cours de l’€uro par rapport aux férocités du Dollar$) a commencer à bouger quelques membres, allant même jusqu’à la levée du corps. Chié, y a encore pas de pain, ni de confiture, ni même de croissant à se mettre sous la dent ; Décidément, tout fout le camp! Je m’engouffre dans ma bagnole pour remédier à ce malaise matinal (ça m’coûte!). Au retour, notre bon et brave Roy Président Groro 1er Le Flatulent avait quand même fabriqué du café (c’est pas simple, quand on connaît le prix de journée d’un CRAD). En fait, je suis sûr que le petit déjeuner au CRAD ne passionne personne, mais c’est important d’en parler, faute de vous raconter toute la journée spéléo qui, j’en suis sûr aussi, agace prodigieusement et, ennuie beaucoup en ces temps de disette et non de quéquette (désolé, mais là fallait faire une rime).

Alors, pour la sortie spéléo, ben Le Chbonx a équiper tous les puits (pas facile en plus!). Et pis ensuite, on s’est promené longtemps, jusqu’à ce qu’on trouve la rivière et l’embarcadère (en aval, gros dégueux!) et le reste (pour l’amont, le frère de … Marcel). On a bien tenté de passer au dessus de l’eau, mais ces temps derniers, les cours de lévitation transcendantale ne se sont pas déroulés dans cette sérénité légendaire qui caractérise si bien le CRAD. On a bien tenté de longer les bords de la rivière, mais zut!, et re-zut, c’était quand même très dangereux. Un mauvais appuis sur la parois toute mouillée, et hop une mauvaise glissade qui nous aurait conduit dans une eau profonde et toute froide. Par prudence, on a fait demi-tour en se promettant que, la prochaine fois on amènerait une barque. La spéléo c’est bien, mais faudrait tout de même sacrifier le confort pour faire voir qu’on est fort et sportif à la fois. Eh pis nous ça nous arrange!
Au fait, j’y pense, on a quand même festoyé au fond, avec une boîte de choucroute. Le tout arrosé d’eau pétillante légèrement salée: un régal. Et vous, c’est comment ? Si tu connais la rivière souterraine de Lacarrière, et si tu possèdes la topo, le CRAD serait très heureux d’en prendre connaissance pour mieux préparer ces futurs escapades souterraines; Merci d’avance.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1490

06-03-1999 igue de Diane (ou igue du Drapeau) – Limogne – St Martin et le Cuzoul de Sénaillac

https://www.facebook.com/CRAD37

06-03-1999 igue de Diane (ou igue du Drapeau) – Limogne – St Martin et le Cuzoul de Sénaillac

TPST: 6,5 + 5,5 + 2 h /

Roro – Dauby – Zerb’ – Le Chbonx – J’en Pète – Pinder – Michel

Décidément, y a des jours comme ça, où on serait tellement mieux chez soi. Imaginez un instant, une minute, vous êtes chez vous, bien au chaud, les gamins s’occupent en silence, vous êtes en train de lire le journal, et bobonne s’inquiète de la montée des prix des poireaux et du chou fleur sur les étales du marché. Une musique classique réchauffe l’atmosphère, on sent déjà le café de l’après midi, du côté de la cuisine. Bref, le week end peinard!
Mais ce week end là, c’était pas ça, non, il a neigé, plu, ventu, chié quoi!
– J’en Pète, Michel et Zerb’ font une sortie de formation en commençant par le petit puits de Limogne (dans la Brauhnie), puis une descente dans l’igue de Diane (Drapeau). Séance d’initiation pour Michel avec présentation de la panoplie complète des nombreux sujets que touche la spéléologie (la technique sportive, le secours, l’étude des karsts et tout ce qui y touche, hydrologie, minéralogie, etc…).
TPST = 5,5 heures
– Roro, le Chbonx, Dauby et Pinder sont descendus dans l’igue de St Martin, pour une bonne séquence de formation à l’équipement. Suivant leurs dires, ils n’ont jamais vu autant d’eau en bas du puits. Le niveau d’eau est monté d’environ 7,00 mètres et l’eau coule à flot. A priori, la sortie s’est déroulée dans la bonne humeur, et le bilan est positif. La formation progresse : continuons dans ce sens.
TPST = 6,5 heures
Vers 18 heure 30, l’ensemble du CRAD se retrouve au point de chute pour bouffer. Le temps est catastrophique, il neige fortement, et la visibilité en voiture est très limitée. Tout est trempé, et il fait un froid de canard. Le froid et l’humidité; c’est génial!
06-03-1999 igue de Diane (ou igue du Drapeau) – Limogne – St Martin et le Cuzoul de Sénaillac


Compte tenu des conditions climatiques, le bivouac qu’on avait projeté de faire dans St Sol est annulé. Le chemin qui mène au parking de la cavité est impraticable. La prudence est une règle à suivre, avant de se lancer dans une galère.
Vers 10 heures, nous sommes donc partis faire une série de clichés dans le Cuzoul de Sénaillac.
TPST = 2 heures

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1488

20-02-1999 Igue des Combettes et Igue de Crouzate

https://www.facebook.com/CRAD37

20-02-1999 Igue des Combettes et Igue de Crouzate

TPST: 9 heures /

Roro – Dauby – Zerb’ – Le Chbonx – J’en Pète

Il y a des jours comme ça, où on se demande vraiment qu’est-ce qu’on fait là. Il a plu, il pleut, et … il pleut encore et encore.
L’amélioration météo semble être inversée. Quand ça s’arrête, ça repart aussi tôt.


Vendredi soir : Tout le monde arrive tant bien que mal, dans cette petite maison au calme si doux, que même les moutons viennent poser leurs crottes en toute quiétude dans l’herbe fraîche des petits matins brumeux, à l’abri des rayons de soleil encore gelés des nuits hivernales lotoises. Il est déjà 2 h 00 du matin, quand les derniers arrivent. Malgré la chaude ambiance des retrouvailles, la maison ressemble à un congélateur. Ce brave Dauby a beau faire des flammes, on se pèle encore. A quatre heure du matin, les joyeux lurons se couchent pour un sommeil réparateur.
Samedi : Il est 9h00 quand Jean-Louis vient nous réveiller.
Evidemment, il n’y a pas de pain, et il n’y a plus de feu : donc on se pèle, et on a faim. Ce sont Dauby et J’en Pète qui chevauchent une monture pour se ravitailler à Labastide Murat. Croissants et pains au chocolat au petit déjeuner, c’est une journée de pêche (heu…, non de spèl) qui s’annonce sympa.
Les Combettes : Exercice d’équipement pour Le Chbonx. Il pleut encore et toujours, et pour se mettre à l’abri, nous allons dans une petite rivière souterraine à –77 m sous terre. Néo pour les uns, Ponto pour les autres, et rien pour J’en Pète (fallait pas qui nique sa ponto – désolé). Malgré la flotte qui tombe dehors, ce n’est pas la crue dans la galerie avale. Ca fait pas mal de fois qu’on y descend, eh ben, rien ne change.
Crouzate : Exercice d’équipement pour Le Chbonx et vérification des connaissances d’équipement pour Zerb’. Pour une descente à –91 m, c’était pas mal. En bas, il n’y avait pas trop de courant d’air. A fortiori, l’apport d’eau dans le réseau obture totalement les passages d’air. Les travaux de désob avancent à petits pas, pour le club qui y creuse. Bon courage pour eux, ces anonymes qui creusent désespérément vers un hypothétique passage vers le réseau mythique des Vitarelles ( ?).
Dimanche : Comme on s’est couché à 2 h 30 du matin, la nuit a semblé encore assez courte. Jean-Louis est encore venu nous réveiller. Ces fumiers de moutons qui chient partout autour de la baraque, pourraient quand même apprendre à bouffer tout seul, chié ! Après le petit déj’, on s’est tous préparés pour le grand départ, chacun chez soi. 11 h 30 pour Dauby et Roro, c’est pas trop tôt, pour remonter sur Tours. 11 h 40 pour cette même équipe, c’est peut-être un peu tôt pour tomber en rad, à 100 mètres du portail. Pendant que Dauby (Bah, mon Pépère !?!) élaborait une réparation de fortune sur son intersceptor, le reste de l’équipe de CRAD a découvert l’entrée de deux nouvelles igues, à proximité du chemin (encore un peu de désob, pour bientôt).
TPST du week end : 9 h 00
Bilan du week end : Une saloperie de câble d’embrayage de cette saloperie de bagnole s’est pété, et nous a quelque peu agacé, avant le retour. Quel génie El Professor Dauby : retenir la tête du câble avec des morceaux de dominos électriques et un peu de fil de fer, c’était très fort…

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1486

06-02-1999 Fosse Mobile

https://www.facebook.com/CRAD37

06-02-1999 Fosse Mobile

TPST: 9 heures /

Roro – Chbonx – J’en Pète – Pinder

Pour la première fois, la CRAD a testé un nouveau gîte très (ou trop) loin de la Fosse Mobile, au Lindois, à environ 25 km de La Rochefoucauld (16). Le cadre est très agréable, on entend les petits oiseaux qui font du bruit exprès pour nous énervés. Non, c’est un bon gîte, avec ouverture du WC directe sur le coin repas, mais sinon c’est sympa.


Pour la Fosse Mobile (forêt de la Braconne > rond point du limousin > garde forestier > clé), on a fait une pointe jusqu’au puits sonore avec visite des galeries parallèles. Ca fait presque 10 ans que j’y vais, et j’arrive encore à me perdre dans certains passage. Cette fois- ci, la Fosse était particulièrement humide, presque plus pourrie que d’habitude. Bon, on est resté 9h00 sous terre : une bonne partie pour l’endurance.

 

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1484

23-01-1999 Désob M1

https://www.facebook.com/CRAD37

23-01-1999 Désob M1

TPST: Peau de balle /

Roro – Chbonx – J’en Pète – Dauby

Le week end dans le Lot était peut-être un peu prématuré. Bilan du week end : désob = Peau de balle ou presque puis qu’on a quand même ouvert Milieu 6. Du tir à l’italienne pour pas grand chose.
On est quand même parti mangé au resto le soir, faut bien ça, après une journée d’effort!

 

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1481

28-11-1998 Brantite 1- St Martin

https://www.facebook.com/CRAD37

28-11-1998 Brantite 1- St Martin

TPST: /

JP – Roro – Chnonx

Putain, quel temps de merde ! De la flotte, du vent, du froid, et du Four Roses; bref, de quoi descendre sous terre pour éviter de voir la misère.

Lien Permanent pour cet article : http://lecrad.free.fr/?p=1479